Les bilans & évolution du réseau

Cette rubrique donne des informations sur les bilans et l'évolution du réseau LINUT.

 

Enquête de satisfaction

Afin de mesurer l'efficacité de ses actions, le réseau LINUT conduit régulièrement des enquêtes de satisfaction auprès de ses adhérents (médecins, diététiciens et structures d'hébergement), d'acteurs complémentaires (médecins traitants, cuisiniers) et auprès de patients.

 

Pour l'essentiel, l'analyse des résultats révèle une très grande satisfaction.

 

Les points forts souvent mis en avant concernent principalement :

une meilleure prise en charge nutritionnelle,

 la pluridisciplinarité,

 la sensibilisation au dépistage des pathologies nutritionnelles,

 la qualité de la gestion administrative et du suivi des activités,

 la qualité des formations proposées.

 

Evaluation du réseau

Une évaluation du réseau LINUT a été réalisée en mai 2008, à la demande des tutelles, par l'Observatoire Régional de la Santé du Limousin. Cette étude avait pour mission de valider l'engagement passé du réseau, après 3 ans d'existence, et de dégager desorientations.


En réponse aux objectifs du cahier des charges défini au niveau national, l'évaluation a porté sur 3 champs d'exploration :

 l'impact du réseau sur la prise en charge des patients,
 l'impact du réseau sur l'environnement des professionnels et établissements,
 la mesure des coûts de prise en charge.

 Les conclusions de l'étude font état d'une plus-value indéniable pour les usagers, résultat d'actions collectives et individuelles, se situant à 3 niveaux :

 le suivi effectué par un médecin formé et/ou une diététicienne pendant 1 an auprès de patients obèses ou dénutris,
 les formations permettant une amélioration des pratiques dans le dépistage et la prise en charge des troubles nutritionnels,
 la sensibilisation des institutions à l'importance des aspects nutritionnels chez la personne âgée et l'intérêt d'une politique alimentaire réfléchie.



Une satisfaction partagée

Les adhérents expriment une satisfaction très générale et apprécient un dispositif bien structuré, animé par une équipe professionnelle, dont la disponibilité, la rigueur et la réactivité sont largement reconnues.

 

L'intérêt du dispositif paraît indiscutable, les formations bénéficient d'appréciations très positives, l'intérêt des propositions thérapeutiques pour les patients à domicile est validé de même que la qualité du contact et l'intérêt des conseils prodigués par les diététiciennes salariées et vacataires. La plus-value est reconnue pour la prise en charge individuelle des patients et l'amélioration des connaissances et des pratiques professionnelles.


Bénéfice pour les usagers

Les données cliniques dont dispose le réseau LINUT permettent de mesurer l’amélioration effective de l’état nutritionnel des personnes suivies par le réseau.

27 février 2018 (Beynat) : Bien manger pour bien vivre : le problème de la dénutrition

La dénutrition est la conséquence d’un déséquilibre entre les apports en calories et/ou protéines insuffisants et des besoins de l’organisme qui sont souvent augmentés. La dénutrition touche de 4 à 10% des personnes âgées à domicile, de 30 à 50% des patients hospitalisés adultes, de 20 à 40% des résidents en EHPAD.

6 mars 2018 (Bugeat) : Bien manger pour bien vivre : le problème de la dénutrition

La dénutrition est la conséquence d’un déséquilibre entre les apports en calories et/ou protéines insuffisants et des besoins de l’organisme qui sont souvent augmentés. La dénutrition touche de 4 à 10% des personnes âgées à domicile, de 30 à 50% des patients hospitalisés adultes, de 20 à 40% des résidents en EHPAD.

6 février 2018 (Isle) : Bien manger pour bien vivre : le problème de la dénutrition

La dénutrition est la conséquence d’un déséquilibre entre les apports en calories et/ou protéines insuffisants et des besoins de l’organisme qui sont souvent augmentés. La dénutrition touche de 4 à 10% des personnes âgées à domicile, de 30 à 50% des patients hospitalisés adultes, de 20 à 40% des résidents en EHPAD.

15 mars 2018 (Limoges) : 33ème soirée de formation : Les dangers des régimes pour la personne âgée

Chez la personne âgée, il est nécessaire de lutter contre les carences nutritionnelles grâce à une alimentation équilibrée, variée et couvrant les besoins, associée à la pratique d’une activité physique adaptée et régulière. Des régimes parfois restrictifs sont mis en place sur une période plus ou moins longue. Ceux-ci peuvent avoir des conséquences importantes sur les apports alimentaires et par conséquent l’état nutritionnel des personnes âgées

25 janvier 2018 (Nantiat) : Bien manger pour bien vivre : le problème de la dénutrition

La dénutrition est la conséquence d’un déséquilibre entre les apports en calories et/ou protéines insuffisants et des besoins de l’organisme qui sont souvent augmentés. La dénutrition touche de 4 à 10% des personnes âgées à domicile, de 30 à 50% des patients hospitalisés adultes, de 20 à 40% des résidents en EHPAD.

24 novembre 2017 : Diagnostic et traitement des pathologies dentaires du sujet âgé et/ou handicapé

Les pathologies dentaires sont susceptibles de générer des troubles nutritionnels, via les incidences sur les différentes phases du processus de déglutition, l'apparition de fausses routes alimentaires potentiellement septiques, et les impacts de la mise en texture des aliments et boissons.

24 novembre 2017 : Répartition et choix des protéines sur les repas de la journée

Le vieillissement est caractérisé par le changement de nombreuses fonctions biologiques pouvant gravement altérer la qualité de vie des personnes âgées.

24 novembre 2017 : Diabète et dénutrition

L'homéostasie glucidique est soumise à d'importantes contraintes: besoin cérébral permanent de glucose, contrastant avec un apport alimentaire intermittent, ce qui rend indispensable une régulation.

30 mars 2017 : Les FODMAPs : ces amis qui ne nous veulent pas que du bien !

FODMAPs est l’acronyme anglosaxon pour « Fermentable Oligosaccharides, Disaccharides, Monosaccharides And Polyols », autrement dit des hydrates de carbone à chaîne courte, peu absorbés et fermentescibles. Ces sucres sont présents dans plusieurs catégories d’aliments telles que produits laitiers, céréales, légumineuses, légumes et fruits. Ils sont aussi de plus en plus présents dans l’alimentation occidentale du fait de leur ajout dans les produits industriels (inuline, FOS, édulcorants, sirop de maïs riche en fructose). S’ils ont des effets bénéfiques pour la santé bien démontrés en agissant sur le microbiote, ...